Les hormones sexuelles féminines, des protecteurs contre les formes graves du Covid-19

Depuis l’avènement de la pandémie de Covid-19 dans le monde, beaucoup d’essais cliniques s’effectuent de jour en jour afin de comprendre pourquoi les femmes sont moins frappées par la maladie que les hommes. La plupart d’entre elles révélèrent donc que les hormones sexuelles féminines pouvaient jouer un rôle anti-inflammatoire qui pourrait ainsi lutter contre toutes les formes graves du Covid-19. Cet article vous servira d’éclairage sur ce qui est des avantages de ces hormones sexuelles protectrices, du Covid-19.

Une influence sur les cellules immunitaires des femmes

Les hormones sexuelles féminines jouent un grand rôle sur les cellules immunitaires afin de protéger les femmes contre toutes les formes les plus sévères de Covid-19. En effet, la génétique a permis de constater que les réponses immunitaires au virus provenaient du chromosome X, un chromosome dupliquée chez les personnes féminines. Aussi, ces hormones influencent les cellules immunitaires par une stimulation productive d’anticorps, par la réparation d’un certain nombre de cellules respiratoires et enfin par l’inhibation du récepteur ACE2, une protéine indispensable à la pénétration du virus du Covid-19 dans les cellules de la victime afin de la contaminer.

Des hormones de lutte contre la tempête de cytokines

Les hormones sexuelles féminines telles que la progestérone et l’alloprégnanolone et l’œstradiol permettent de lutter contre la tempête de cytokines. La tempête de cytokines est une réaction immunitaire qui se caractérise par la montée excessive de molécules inflammatoires appelées cytokines. C’est un symptôme provenant de la maladie de Covid-19. En particulier la progestérone et l’allopregnanolone sont capables de stopper cette réaction immunitaire afin d’éviter l’afflux de cytokines pro-inflammatoires chez les Hommes en particulier chez les femmes ménopausées. Lutter contre la tempête de cytokines est synonyme de réduction d’un syndrome respiratoire aigüe.